HISTORIQUE

1874 -1920 : d’Antoine à Alexandre SABATIER

Logo Antoine SabatierAntoine SABATIER, (né en 1846 à Fleurey-sur-Ouche près de Dijon en Bourgogne), apprend le métier de charcutier et s’installe en 1874 au cœur de Dijon sous les toutes nouvelles Halles dessinées par Gustave Eiffel. Il se fait remarquer grâce à son célèbre JAMBON PERSILLÉ, dont la recette va se transmettre précieusement de génération en génération.

Il ouvrira à Dijon, au numéro 5 de la rue Pasteur, une boutique qui jouxte son atelier (il est toujours possible d’y voir aujourd’hui sur la façade extérieure sa célèbre frise en faïence, représentant des petits cochons).

Son fils Alexandre SABATIER (né en 1884) lui succède en 1906, après avoir appris le métier à ses côtés et s’être perfectionné avec un « tour de France » qui le mènera de Paris à Nice. Il ne cesse de maintenir les recettes originales de la région, les adaptant aux évolutions naturelles des attentes des clients, qu’il avait pu appréhender durant sa formation. Il est l’un des premiers charcutiers à proposer toute l’année le JAMBON PERSILLÉ jusqu’alors JAMBON DE PAQUES (entrée traditionnelle et incontournable du dimanche de Pâques en Bourgogne).

En 1920, l’atelier de la rue Pasteur à Dijon est transféré dans des locaux nouvellement construits rue de Beaune à Dijon. Cette augmentation significative des capacités de production permet d’envisager l’avenir sereinement.

1955 : André et Michel SABATIER

1955L’affaire familiale est lancée et se développe puisqu’Alexandre est rejoint par ses deux fils, (sur la photo aux Halles de Dijon en 1955) André (né en 1919) et Michel (né en 1926), qui apportent, à leur tour, leurs compétences et leur enthousiasme. Deux générations vont donc travailler côte à côte et bientôt trois.

1965

1965La génération suivante arrive avec les enfants des deux frères (sur la photo aux Halles de Dijon, Serge, (André), Roger et Marcel. Leur cousin Christian le rejoint également). Ils apprennent le métier aux côtés de leur père et de leur oncle et apportent tous à l’entreprise, en ce milieu des années soixante, le renouveau nécessaire à l’adaptation aux grands bouleversements sociétaux qui s’annoncent. En 1970, sous l’impulsion de Roger, l’aîné de sa génération, une activité de vente sur les marchés locaux voit le jour et des camions magasins flambant neufs partent s’installer sur les marchés périphériques dijonnais. Les produits « Sabatier », dont la réputation de qualité les avait précédés, n’ont aucune difficulté à séduire cette nouvelle clientèle.

1970

Sous l’impulsion de Roger, l’aîné de sa génération, une activité de vente sur les marchés locaux voit le jour et des camions magasins flambant neufs partent s’installer sur les marchés périphériques dijonnais. Les produits « Maistre Antoine », dont la réputation de qualité les avait précédés, n’ont aucune difficulté à séduire cette nouvelle clientèle.

1974 : 100 ans déjà

1974

Centenaire de la société. Il est fêté dignement avec les nombreux clients fidèles ; un pot de moutarde en grès de la célèbre maison Bornier est tout spécialement peint à l’occasion de cet évènement et est donné à chaque client.

Cette même année, Roger et ses frères pressentent qu’un changement s’opère et adaptent immédiatement toute l’entreprise à cette évolution : la grande distribution.

Sachant qu’il faut devenir un acteur incontournable du nouveau type de consommation qui voit le jour, ils augmentent les capacités de production en rachetant les établissements Guyon, rue d’Auxonne à Dijon. C’est l’un des deux plus gros fabricants de charcuterie de Côte d’Or avec son confrère de l’époque Pavita.

Toute l’activité est donc transférée rue d’Auxonne dans une usine qu’il allait falloir complètement remanier mais aussi agrandir pour accueillir toutes les activités : gros, demi-gros et bien sûr toujours les activités de détail (banc aux Halles de Dijon et camions magasins).

Les produits « Sabatier » seront désormais disponibles dans les supermarchés qui, en ce milieu des années 70, s’implantent rapidement dans la plupart des villes et en périphérie.

1990 : SALAISONS DIJONNAISES A.SABATIER

1990Le développement significatif permet d’envisager la construction d’une nouvelle usine en zone industrielle de DIJON.
C’est alors que l’opportunité d’un rapprochement avec un confrère dijonnais (SALAISONS DIJONNAISES), disposant d’une usine construite récemment, se présente. La fusion est scellée, la nouvelle société devient SALAISONS DIJONNAISES A.SABATIER et la gamme des produits « Antoine SABATIER» s’enrichira des célèbres saucisses des SALAISONS DIJONNAISES (Chipolatas, Merguez, saucisses aux herbes, etc…) très appréciées régionalement.

1991

jambon prixSouhaitant distribuer les produits dans toute la France, une nouvelle organisation se met en place. L’activité détail est reprise par Marcel (le plus jeune des frères) et une communication dynamique et originale est lancée : réalisation en 1991 du plus gros JAMBON PERSILLE du monde (330 kg) RECORD GUINESS, découpé et offert à la dégustation à la Foire Internationale et Gastronomique de DIJON par Bernard LOISEAU (du Relais Bernard LOISEAU restaurant 3 étoiles à Saulieu.)

1992

Pers Faience 3Kg LIGHT 232x232Roger, le meilleur ambassadeur des produits, réussit à diffuser les produits «Antoine SABATIER» et surtout le JAMBON PERSILLE DE BOURGOGNE partout en France et même chez nos voisins étrangers. Le JAMBON PERSILLE DE BOURGOGNE devient dès lors un produit connu et apprécié bien au-delà de la BOURGOGNE.

1998

M.Sabatier 232x232L’entreprise étant restée familiale depuis sa création, Arnaud, le fils de Roger, lui succède avec comme ambition d’accentuer le développement national de l’entreprise

1999

AvemariaParallèlement, la clientèle locale des restaurateurs et collectivités est consolidée par le rachat d’un confrère et client bien connu sur la place de Dijon : l’Ave 2000 (qui reprendra son nom historique en 2001 : Ave Maria). Cette boutique atypique, qui fut la deuxième plus grosse boucherie de France dans les années 50, maintient deux activités : toujours la boucherie de détail mais aussi un service de gros pour les professionnels.

 

2004

FERNAND DUSSERT JPEG 1 232x232Jambon du Morvan DUSSERT 15Afin de compléter la gamme, la reprise des établissements Fernand Dussert à Arleuf dans la Nièvre permet à «Antoine Sabatier» de proposer un large choix de jambons et saucissons secs (Jambons du Morvan, Rosette du Morvan, saucissons pur bœuf Charolais, etc…).